C'est mon Patrimoine (anciennement Portes du Temps)

Les Portes du temps constituent une opération à caractère transversal qui propose à des enfants, des adolescents et à des familles issus des zones prioritaires, urbaines comme rurales, une offre culturelle d’excellence. Les populations jeunes issues des zones considérées comme « sensibles » au titre de la politique de la ville, notamment celles issues des quartiers identifiés au sein de la « Dynamique Espoir Banlieues » (actée au comité interministériel des villes le 20 juin 2008), sont les publics prioritaires du dispositif.

Les Portes du temps ont lieu pendant la période des vacances scolaires (obligatoirement pendant celles de l’été, avec une extension possible pour celles de la Toussaint, de l’hiver et du printemps). Elles se déroulent dans des musées, des monuments historiques, des centres d’art et d’autres structures présentant un caractère historique, archéologique, architectural ou artistique. Des groupes y sont accueillis, provenant de centres de loisirs, centres sociaux, maisons des Jeunes et de la Culture ou d’autres structures d’accueil.

Les acteurs de la jeunesse et de la solidarité, notamment les réseaux de l’éducation populaire, sont des composantes essentielles de cette opération et collaborent à la création de projets partagés avec des institutions patrimoniales, des habitants et des artistes. Il s’agit essentiellement de mettre en renfort du service des publics d’un site un artiste ou tout autre médiateur au coeur d’un lieu patrimonial afin qu’il le réinterprète et le transmette au public. Cet acte de passage et d’échanges avec le public se fait à travers des ateliers adaptés couvrant, depuis le début de l’opération en 2005, un ensemble important de domaines artistiques et culturels (histoire, archéologie, architecture, urbanisme, arts des jardins, land art, métiers d’art, arts populaires et numériques, littérature écrite et orale – roman, nouvelle, BD, conte, poésie – arts plastiques – peinture, dessin, sculpture – théâtre, musique, cinéma, vidéo, multimédia et cultures numériques, photographie, danse, mime, arts de la rue, etc.). L’opération privilégie aussi les disciplines scientifiques, environnementales (développement durable) et sportives.

Les contenus du projet développé par chaque site sont le fruit d’une collaboration entre l’ensemble des médiateurs, des artistes, des éducateurs et des animateurs. Validés par les institutions compétentes (ministère de la Culture et de la Communication, fédérations d’éducation populaire et Acsé), ils sont construits dans l’objectif de favoriser le dialogue et les échanges entres les jeunes, les intervenants et les animateurs.